Avec les smartphones, il est facile de prendre des photos partout et de les partager immédiatement. Mais attention, ce n’est pas parce que c’est simple que c’est permis.

Beaucoup prennent des photos avec leur smartphone et les partagent sur les réseaux sociaux, mais peu pensent au droit à l’image.

On peut prendre presque tout le monde en photo si l’endroit est public ou accessible au public. Mais il y a des exceptions, les installations militaires. Dans des endroits privés, par exemple des gares, des centres commerciaux. des musées, des piscines etc., si les photos ne sont pas interdites et qu’elles sont uniquement destinées à un usage privé, on a le droit d’en prendre et de les partager en ligne.

Photographier des personnes

Dans beaucoup de pays, il existe un droit à l’image pour les personnes. Que ce soit dans un lieu public ou dans un endroit privé, les personnes ont le droit de décider si on peut les prendre en photo ou non et publier ces photos. C’est pourquoi je vous conseille de ne jamais prendre des photos en cachette afin que les personnes puissent réagir si elles souhaitent ne pas être prises en photo.
Cela est valable aussi bien si les photos sont destinées à être publiées sur un journal ou sur des sites web ou encore sur les réseaux sociaux.

Les personnes peuvent aussi faire valoir leur droit à l’image sur des photos de groupe ou lorsqu’elles se trouvent à côté d’un monument. Elles peuvent exiger la supression de celles-ci. La condition est qu’elles se distinguent du reste de la photo d’une façon ou d’une autre.

Attention si vous photographiez des enfants ! S’ils ont moins de 14 ans, une autorisation des parents est obligatoire.

Réfléchissez avant de partager des images

Si les photos que vous prenez sont destinées à votre album personnel et ne seront jamais publiées ou utilisées à des fins commerciales, vous pouvez photographier presque tout ce que vous voulez.
Mais soyez prudent lorsque vous voulez publier des photos sur lesquelles se trouvent des personnes dont vous n’avez pas reçu une autorisation.
Même si peu de gens vont porter plainte, il vaut mieux avoir conscience que ce droit existe.